Connaissance des réseaux : ce qu’il faut savoir quand on lance une entreprise technologique

Wed, April 21, 2021

Depuis le début des années 2000, le nombre d’entreprises technologiques et d’entreprises en démarrage grimpe de façon soutenue dans la région de l’Atlantique. Avec des sorties très médiatisées comme celles de Radian6 et de Q1 Labs au Nouveau-Brunswick et de Verafin à St. John’s, le reste du pays et du monde se demande quel est l’ingrédient secret du Canada atlantique.

Et bien que Springboard ne soit pas un « ingrédient secret » à proprement parler, nous sommes certainement un secret bien gardé pour bon nombre de personnes.

Springboard Atlantic, un réseau panatlantique d’équipes réparties dans 19 établissements d’enseignement postsecondaire au Canada atlantique (14 universités et 5 collèges, pour être exact!), agit en coulisses pour soutenir la recherche et le développement nécessaires à l’essor de l’économie de l’innovation dans notre région, une économie qui touche toutes les industries.

Notre réseau compte plus de 45 spécialistes de la collaboration avec l’industrie (SCI) dont l’objectif commun est de renforcer les industries du Canada grâce à l’innovation.

L’année 2021 revêt une importance particulière pour notre organisme puisque nous célébrons 15 années d’existence. Dans le cadre de la célébration de notre 15e anniversaire, nous avons réfléchi à la valeur qu’apporte un réseau comme Springboard. L’un des principaux thèmes qui se sont dégagés est l’expertise précieuse que nos membres mettent au service des entreprises, du personnel enseignant des établissements postsecondaires et des chercheurs pour contribuer à leur mission de résoudre de réels défis.

Pour donner le coup d’envoi aux « 15 ans de SB », nous avons demandé aux membres de notre réseau quels conseils ils donneraient à une entreprise ou à une entreprise en démarrage qui cherche à innover au Canada. Voici donc leurs 15 conseils :

 

1.            Ne tardez pas à faire connaître votre idée (mais évitez d’en dévoiler tout le contenu!)

« Il n’est jamais trop tôt pour avoir une conversation. Aucune idée n’est trop folle pour être abordée et on ne sait jamais ce qui pourrait ressortir d’une conversation. » — Katrin Sommerfeld, bureau de liaison industrielle et communautaire de l’Université Acadia

Bien entendu, vous devez tenir compte de la propriété intellectuelle (PI) quand vous suivez ce conseil, mais il est important d’avoir quelques conversations pour vous remettre les pendules à l’heure et voir si votre idée tient la route.

Les innovateurs ne font pas toujours cavalier seul. Votre écosystème local d’innovation regorge de ressources qui peuvent vous aider à faire croître votre entreprise : pépinières et accélérateurs d’entreprises, organismes et programmes gouvernementaux, associations industrielles, autres entrepreneurs, etc. Bien sûr, nous avons un parti pris, mais les établissements d’enseignement postsecondaire sont également un excellent point de départ, car ils ont l’habitude de commencer au stade des idées.

2.            Tirez parti des ressources conçues pour vos besoins actuels

Il y a des avantages supplémentaires à être un étudiant ou un professeur-entrepreneur, par exemple. Vous avez accès à des réserves de capitaux tant que vous êtes à votre établissement postsecondaire, ainsi qu’à des conseillers spécialisés sur le campus et à des installations comme les centres d’entrepreneuriat et les bacs à sable, qui sont conçus pour faire éclore les idées d’entreprise.

« Communiquez avec le bureau de transfert de technologie dès le début afin que les spécialistes vous aident à tracer une voie vers la commercialisation des conclusions de votre recherche. » — Kara Strickland, bureau de transfert de technologies et de commercialisation de l’Université Memorial

Que vous soyez en train d’explorer une idée, de démarrer, d’essayer de mettre au point de nouveaux produits ou services innovants, d’agrandir votre équipe, de passer à l’échelle, etc. : recherchez les ressources qui correspondent à vos besoins actuels.

3.            Tirez parti de votre argent pour en gagner plus

On voit souvent les nouveaux entrepreneurs flamber leurs fonds de démarrage dans les premières étapes, investissant dans les étapes « immédiates » ou « essentielles » comme le prototypage, les essais et les études de marché. Vaut mieux s’arrêter et prendre quelques minutes pour réfléchir à la façon dont vous pourriez tirer parti de votre argent pour accéder à des programmes qui vous donnent une plus grande marge de manœuvre financière, afin de pouvoir vous attaquer à des étapes plus importantes sans avoir à se fier à la poule aux œufs d’or.

« Renseignez-vous avant de dépenser votre propre argent. Vous ne voulez pas avoir à interrompre votre projet à la dernière minute parce que vous avez dépensé votre argent alors que vous auriez pu profiter d’un financement supplémentaire du gouvernement. Renseignez-vous sur les programmes d’aide financière qui pourraient vous être proposés. » - Wayne Quilty, bureau de la collaboration avec l’industrie et la collectivité du Collège de l’Atlantique Nord.

4.            Souvenez-vous que les brevets ne sont pas la seule option

Les entreprises technologiques sacrifient parfois une bonne partie de leur capital de démarrage aux frais juridiques et à la propriété intellectuelle pour protéger leur invention, mais il existe souvent des solutions plus simples et plus rentables de protéger une idée.

« Soyez au courant de vos options. Le brevetage n’est pas toujours la solution. Certains des produits et des projets de commercialisation les plus réussis sont fondés sur des idées qui n’étaient pas brevetables à proprement parler » — Leigh Huestis, bureau de liaison industrielle et communautaire de l’Université Acadia

5.            Allez rechercher des conseils

« Il peut être avantageux d’obtenir rapidement des conseils sur une stratégie de PI et de se rapprocher de l’écosystème local pour obtenir de l’aide sur les possibilités de financement, les programmes, le soutien des pépinières d’entreprises et les ressources les plus pertinentes pour vos objectifs commerciaux » — Michelle Gurrola-Gal, Dalhousie University’s Office of Commercialization & Industry Engagement.

Il est plus facile qu’on le pense de se faire accompagner et d’obtenir des conseils pour son entreprise. Il y a des ressources à but non lucratif à votre disposition qui sont axées sur le soutien de la croissance économique. Souvent, si vous n’y trouvez pas votre compte, vous y trouverez deux ou trois autres ressources qui, elles, vous seront utiles. En outre, de nombreux organismes payants accepteront de vous rencontrer et vous fourniront des conseils initiaux gratuits.

6.            N’essayez pas d’être un expert dans tous les domaines

En tant que fondateur, vous avez peut-être l’expertise qui sous-tend votre entreprise, mais cela ne signifie pas que vous êtes la personne tout indiquée pour diriger avec succès les opérations parallèles, comme la vente ou le marketing. Il se peut également que vous n’ayez pas le temps de tout faire, même si vous avez les compétences nécessaires. Il est important de reconnaître et de combler ces lacunes avant qu’elles ne deviennent des gouffres.

Si vous êtes le fondateur d’une entreprise en premier développement et que vous avez un bagage dans le domaine des sciences, vous auriez peut-être avantage à trouver un cofondateur qui peut vous aider à expliquer les notions techniques en langage commercial et à gérer les activités quotidiennes.

Une autre option consiste à « trouver un mentor dont les compétences correspondent à votre défi particulier, qui vous aidera à travailler cet aspect pendant que vous vous occupez des autres ». – Clarissa Harris LeBreton, centre d’entrepreneuriat Oasis du NBCC


7.            Élargissez votre définition d’une équipe

« Votre équipe dans son ensemble vaut plus que la somme des membres qui la composent. Pour réussir, il est très important de tirer le plein potentiel des forces de vos pairs, de votre établissement et de vos réseaux plutôt que de travailler seul de votre côté. L’innovation réussit lorsqu’on bâtit un réseau pour la soutenir. » — Alexa MacDonald, Dalhousie University’s Office of Commercialization & Industry Engagement.

Et n’oubliez pas que votre équipe ne se limite pas aux personnes dont vous payez le salaire. Il s’agit de tout le réseau personnel de mentors, d’investisseurs, de partenaires et d’autres parties intéressées que vous rencontrez en cours de route. Faites appel à votre réseau!

8.            Cernez les liens qui vous seront les plus utiles

Le réseautage et la création de liens au sein de l’écosystème sont des aspects de l’entrepreneuriat, mais il est également important d’investir dans des relations qui vous apportent une réelle valeur ou qui le feront dans un avenir proche. Il vaut mieux cerner ces liens utiles dès le début, de sorte qu’au fur et à mesure que votre entreprise prend son essor et se forge une réputation qui attire l’attention des investisseurs, des conseillers et des fournisseurs de services, vous saurez faire rapidement le tri dans la foule et dénicher les véritables partenaires stratégiques.

« En tant qu’innovateur ou qu’entrepreneur, c’est à vous d’aller de l’avant avec les liens qui correspondent à vos besoins, et de refuser poliment les relations ou les ressources dont vous n’avez pas besoin pour le moment. » — Margaret Palmeter, directrice d’Emera ideaHUB, Université Dalhousie

9.            N’oubliez pas que la véritable innovation est motivée par les véritables défis

« Pour stimuler l’innovation, vous devez cerner et connaître vos clients et leurs défis » — Kara Strickland, bureau de transfert de technologies et de commercialisation de l’Université Memorial

Posez-vous la question suivante : « Mon entreprise résout-elle un problème réel? ». Si la réponse est n’est pas un « oui » retentissant, il est temps de parler à vos clients potentiels. Il faut aller cœur du défi et des personnes qui y sont confrontées. C’est une étape importante dans la mise au point, le prototypage et l’essai de votre produit ou service. Dans la même veine, vous aurez plus de chances de réussir à vendre votre produit fini le moment venu si vous sensibilisez et persuadez vos futurs clients de son bien-fondé dès le départ.

10.          Faites vos recherches

Assurez-vous que le problème que vous croyez résoudre est un problème réel auquel vos clients potentiels sont confrontés. Il se peut qu’il existe déjà des solutions sur le marché, auxquelles vous devrez faire concurrence.

« Consacrez du temps à l’étude de marché et à l’analyse de la concurrence. Comparez ce que vous trouvez avec votre idée, concentrez-vous sur ce qui vous distingue des autres et sur l’incidence que votre innovation peut avoir sur le marché » — Sarah Conrod, Université du Cap-Breton

 

11.          Trouvez rapidement votre premier client

Bien qu’il existe de nombreux concours de présentation, des programmes de financement gouvernementaux et des programmes qui peuvent injecter des capitaux à court terme dans votre entreprise en démarrage et vous permettre de créer des prototypes et de faire des essais pendant des années, ce n’est pas une bonne stratégie à long terme si vous souhaitez passer à l’échelle ou vous retirer. L’obtention du premier client constitue une étape clé pour les investisseurs et les financeurs plus importants.

« Il n’est pas nécessaire que votre technologie soit parfaite avant que vous recherchiez ce premier client. Au contraire, si vous faites participer un client potentiel au processus de mise au point de votre technologie, vous pourriez avoir de meilleures idées et, en fin de compte, un produit final plus pertinent. » - Morgan MacKinnon, Springboard Atlantic

12.          Adaptez votre langage à votre public

Lorsque vous vous adressez à des partenaires commerciaux potentiels, vulgarisez un peu vos propos. Les gens d’affaires n’ont probablement pas besoin ni envie de connaître les détails de votre procédé de marque ou de voir les centaines de points de données montrant les résultats de votre dernier essai. Ils veulent connaître les résultats et les applications concrètes de votre important travail.

Un des éléments les plus importants de la réussite de toute entreprise technologique en démarrage est de savoir réduire une innovation ou une idée complexe à ses termes les plus concis et les plus faciles à comprendre. Sinon, les partenaires commerciaux potentiels risquent de vous quitter en se disant que vous êtes très intelligent, mais qu’ils ne sont pas prêts à investir.

Et si ce n’est pas l’un de vos points forts, ce n’est pas grave! « C’est un processus important et empreint d’humilité que de prendre le temps d’apprendre à mieux communiquer votre idée à des publics qui vous sont moins connus. » - Jennifer Lee, Springboard Atlantic

13.          Utilisez judicieusement votre temps de présentation

Lorsque vous présentez votre technologie à des partenaires commerciaux potentiels, n’oubliez pas que leur temps est précieux. Assurez-vous d’être bien prêt afin d’obtenir les fonds d’investissement les plus importants.

Autrement dit, vous devez faire vos recherches à l’avance pour connaître les particularités que recherche cet investisseur. Les sociétés de capital-risque, les banques et les investisseurs providentiels ont tous des critères différents pour évaluer votre présentation.

Une des recommandations de notre réseau est « d’investir du temps dans la découverte de clients pour valider et potentiellement découvrir d’autres angles que vous pourriez intégrer à votre présentation afin de toucher différents publics ». – Sarah Conrod, Université du Cap-Breton

14.          Ayez le courage de collaborer avec d’autres

Il y a de fortes chances que la plupart de vos clients ne se trouvent pas dans les provinces de l’Atlantique. Or, qui dit mondialisation dit ressources, compétences et liens. Voici sages paroles des membres de notre réseau :

« Pour connaître une véritable croissance, familiarisez-vous avec l’écosystème local qui peut vous aider à trouver des clients à l’extérieur du Canada atlantique. » — Matt Douglass, Université du Nouveau-Brunswick

Une fois que vous aurez des liens à l’échelle mondiale, vous voudrez peut-être aussi réfléchir à l’échelle de votre entreprise. « L’une des choses que je préfère, au Canada atlantique, c’est que nous sommes petits. Nous devons donc faire front commun pour être concurrentiels à l’échelle mondiale. » —Margaret Palmeter, Emera ideaHUB, Université Dalhousie

15.          Pensez au Canada atlantique

« Le Canada atlantique abrite un riche écosystème d’entreprises axées sur la technologie. Les entreprises locales, les entreprises en démarrage et les entreprises à grande échelle s’installent ici pour profiter des nombreux appuis et ressources que nous avons à offrir. C’est un endroit convivial où faire des affaires, où le gouvernement, le milieu universitaire et l’industrie travaillent ensemble dans un objectif commun de développement économique et de réussite régionale. » — Margaret Palmeter, directrice du Emera ideaHUB, Université Dalhousie

Si vous vous sentez maintenant inspiré à innover et à faire prospérer votre entreprise et que vous souhaitez explorer ces idées plus en détail, n’hésitez pas à communiquer avec l’équipe de Springboard!

#Les15AnsDeSB

  • Soutenu par:
  • Canada
  • ACOA
  • Membres du Springboard