Kara Strickland

Responsable de la propriété intellectuelle
(709) 864-4466 kara.strickland@mun.ca

Que faisiez-vous avant de vous joindre à l’équipe du TTCO de l’Université Memorial?

J’ai passé la majeure partie de ma carrière dans le domaine de la recherche. Avant d’arriver à Memorial, je travaillais pour la Research and Development Corporation (RDC), une société d’État de Terre-Neuve-et-Labrador qui appuyait des projets de recherche universitaires et commerciaux.

J’y ai travaillé de 2010 à 2017, puis je me suis jointe à l’équipe du bureau du transfert de la technologie et de la commercialisation (TTCO) de Memorial après que la RDC soit remplacée par un autre organisme gouvernemental.

J’ai beaucoup aimé mon emploi à la RDC, car j’avais la chance de découvrir de nombreux projets de recherche et de côtoyer des chercheurs de la province. J’ai aussi appris à connaître de nombreux chercheurs et départements de Memorial, ce qui a facilité la transition quand je suis passée au TTCO.

Parlez-moi de votre rôle au sein du TTCO à l’Université Memorial.

Je porte le titre de responsable de la propriété intellectuelle. En gros, je travaille avec les chercheurs qui ont trouvé un élément de propriété intellectuelle (PI) et je les aide à s’orienter vers la commercialisation.

Le chercheur nous explique d’abord ce qu’il a créé, puis je l’aide à se frayer un passage vers une entreprise, une collaboration, une licence ou même, si nos décidons qu’il s’agit de la meilleure option pour la commercialisation, une publication. Chaque projet est différent.

Et si nous décidons que la voie vers la commercialisation exige une protection de la PI, je travaille avec l’équipe de recherche pour recueillir les renseignements nécessaires et je collabore avec les agents de brevets pour faire avancer le projet.

J’aide aussi beaucoup d’entreprises en démarrage formidables nées du centre d’entrepreneuriat, du programme de formation à l’entrepreneuriat ou de Genesis, l’incubateur de technologies de Memorial. Je les renseigne au sujet de la propriété intellectuelle, je les mets en communication avec des chercheurs et je leur offre de l’aide lorsqu’elles travaillent avec l’Université.

Quelles idées fausses sont-elles véhiculées sur la PI et la protection de la PI?

Beaucoup de gens négligent cet aspect. Ils créent leur jeune entreprise et se disent « j’ai une idée exceptionnelle et je vais la faire marcher ». Ce n’est pas une mauvaise chose, mais ils devraient s’assurer qu’ils ne violent pas la PI d’autrui ou une PI déjà protégée. Il vaut mieux être renseigné dès le départ (faites vos recherches!) plutôt que de perdre trois ou quatre mois avant d’être obligé de s’arrêter.

À l’Université Memorial, nous avons également une politique de PI inspirée par les créateurs, ce qui signifie que la PI appartient à son ou ses créateurs (sous réserve de certains engagements). Tout comme l’Université, notre bureau cherche réellement à transformer les idées géniales en possibilités, même si nous ne participons pas aux activités de commercialisation.

 

Que faites-vous pour garantir la protection de la PI de vos chercheurs ou de vos étudiants?

Nous offrons aux chercheurs et aux étudiants l’information essentielle afin qu’ils puissent déterminer l’option qui convient le mieux à leur idée. Sinon, on risque de perdre beaucoup de temps et de ne pas pouvoir commercialiser l’idée.

J’ai souvent vu des étudiants passer des mois sur un projet puis réaliser, après m’avoir parlé cinq minutes, que j’aurais pu leur suggérer une voie différente qui aurait été beaucoup plus facile ou qui aurait conduit aux bons liens ou aux bonnes protections pour aller de l’avant avec la commercialisation.

Bref, nous fournissons les ressources et les conseils nécessaires pour une prise de décision optimale.

Si vous pouviez dire une seule chose aux chercheurs, que serait-ce?

Venez nous parler. Dans nos présentations sur la PI, sur le campus et en ligne, l’information est très générale. Mais quand nous vous rencontrons individuellement, nous pouvons déterminer exactement la nature de votre PI et vous aider à trouver un passage mieux adapté vers la commercialisation. Plus vous viendrez nous parler rapidement, mieux vous vous en sortirez. Nous pouvons vous aider à trouver du financement, des partenaires industriels et d’autres relations. Il y a donc de nombreuses bonnes raisons de venir nous parler en premier lieu.

Comment votre participation au réseau SB appuie-t-elle ce processus?

Le soutien apporté par le programme de mobilisation en faveur de l’innovation (MI) de Springboard est essentiel pour nous aider à rapprocher une idée de l’industrie. Si je rencontre quelqu’un et que je lui dis qu’il y a trois étapes à franchir avant de pouvoir travailler avec une entreprise, je peux alors faire appel au programme de validation de principe de Springboard. Ou encore, si la personne nous dit qu’elle sera prête à aller de l’avant si elle obtient un brevet, nous avons des ressources financières pour les aider.

Le réseau Springboard demeure une priorité pour nous, car c’est l’une des principales voies pour faire avancer une PI. À partir de là, nous pouvons trouver d’autres appuis financiers, mais Springboard nous aide à combler cette lacune cruciale dès le début.

  • Soutenu par:
  • Canada
  • ACOA
  • Membres du Springboard