Peggy Crawford

Manager, Industry Partnerships, AU
(902) 585-1762 peggy.crawford@acadiau.ca

Commençons par votre parcours professionnel.

Mon premier emploi permanent était dans le domaine de l’enseignement des sciences et des services auprès des jeunes. J’ai occupé ce poste pendant un certain nombre d’années à l’Université Acadia, mon alma mater, puis j’ai eu l’occasion de me joindre à l’équipe de l’Université Dalhousie, où je me suis occupée d’un organisme à but non lucratif associé à la faculté d’études en ressources naturelles et en environnement. Nous travaillions à l’amélioration des mesures environnementales et énergétiques auprès de petites et moyennes entreprises. Nous effectuions aussi des vérifications et proposions des recommandations sur les mesures à prendre. J’ai occupé ce poste pendant neuf ans avant de devenir la première coordinatrice du développement durable municipal à l’union des municipalités de la Nouvelle-Écosse (Union of Nova Scotia Municipalities). J’ai travaillé avec les gouvernements municipaux de toute la province sur des questions d’énergie et de réduction des gaz à effet de serre.

Tout cela a débouché sur une occasion qui s’est présentée à moi à Acadia en 2008. J’ai été embauchée comme coordonnatrice de la recherche et de l’innovation au bureau de la recherche et des études supérieures, où je me suis occupé de la gestion de notre important portefeuille de recherche organisationnelle, notamment les programmes de la FCI et des Chaires de recherche du Canada à l’Université Acadia. J’ai également forgé des liens avec le bureau du transfert des technologies et de l’innovation (désormais baptisé le bureau de la participation à l’industrie et à la collectivité), et j’ai rapidement été intégrée au réseau Springboard (c’était la phase 2!), avec lequel j’ai pu me familiariser. Depuis trois ans, je suis détachée à temps plein au bureau de liaison avec l’industrie.

Oui, vous êtes une de nos membres de longue date. Quel est votre point de vue sur le réseau? Comment s’est-il développé au fil des années?

Il a certainement connu un bel essor au fil des onze dernières années. Si je me fie à mon expérience personnelle et aux nombreuses phases et versions du réseau que j’ai connues, je dirais qu’il y a beaucoup plus de collaboration et de collégialité entre les établissements que lors des premiers cycles. Nous avons tous tendance à d’abord rechercher des débouchés pour notre propre établissement et pour nos chercheurs. Or, il faut relever le défi et laisser tomber cet esprit de « rivalité », et plutôt s’épauler et se rapprocher de nos collègues de l’Atlantique. Nous nous sommes tous beaucoup améliorés à cet égard.

Pourquoi est-ce devenu plus facile, selon vous?

Je pense qu’il y a plus de sources de motivation et de possibilités de travailler de concert avec les autres établissements qu’il y a dix ans. Je pense aussi qu’il qu’avec le temps, les établissements en sont venus à reconnaître la force du réseau. Nous apprenons à mieux nous connaître et à savoir où se trouvent les savoir-faire complémentaires, avec qui nos chercheurs travaillent le mieux et qui on peut appeler quand on a besoin d’une réponse rapide. Je constate que les équipes des nouveaux bureaux de liaison avec l’industrie se rendent compte plus rapidement qu’avant de la formidable ressource que constituent ce grand réseau et cette « expérience » à leur disposition.

Comment se manifeste le soutien de vos collègues de Springboard, et vice versa, au quotidien?

À vrai dire, c’est sans doute assez semblable aux raisons qui poussent les « nouveaux » à se joindre au réseau. Aller au contact des autres pour trouver un partenaire qui nous convient ou qui convient mieux à une entreprise. S’appuyer sur des collègues pour obtenir de l’aide en matière de données ou de programmes. Offrir de l’aide si quelqu’un demande conseil et on a les réponses. Nos fréquentes réunions sont cruciales à l’échange d’information, à la célébration des réussites, au soutien moral en période difficile, et même aux rires qui nous lient! Nous comptons également sur le bureau central et sur les autres établissements du réseau quand nous organisons des événements, pour de petites choses comme le covoiturage, le co-parrainage d’événements ou encore le soutien logistique. Tant de petits avantages qui, sans le réseau, disparaîtraient pour notre bureau à Acadia.

Comment le réseau Springboard profite-t-il au Canada atlantique?

Jetez un coup d’œil à nos statistiques! Sans blague! Nous savons que notre réseau est le seul en son genre au pays; les gens qui ne sont pas de la région nous le font souvent remarquer. Nous sommes un rouage essentiel du programme d’innovation au Canada atlantique. La portée de notre réseau est impressionnante, surtout quand nous unissons nos forces. C’est grâce au réseau que nous pouvons offrir une si vaste gamme de compétences en recherche, tous secteurs confondus, ainsi que des connaissances en matière de commercialisation, de programmes, de financement, de partenariats et d’innovation pour nos clients à l’interne et à l’externe.

Avez-vous des exemples dont vous pouvez nous parler?

Je peux vous parler d’AtlanTick, une entreprise de Mahone Bay! Nous avons pu aider la fondatrice, Lisa Ali, à concrétiser une idée qu’elle avait à cœur — trouver un répulsif à tiques naturel, car ses enfants ont reçu un diagnostic de maladie de Lyme. Nous avons prêté main-forte à Mme Ali dans le cadre de nombreux défis de commercialisation, de production technique et de réglementation. Nous l’avons ainsi aidée à faire croître son entreprise et à connaître du succès, un succès qui a maintenant une portée nationale. C’est un grand orgueil que de faire partie de son histoire.

Il y a beaucoup d’histoires inspirantes qui naissent à Acadia et au sein de notre réseau grâce à nos collaborations avec les industries. Notre mission de bureau de liaison avec l’industrie, soit aider des entreprises de toutes tailles à s’y retrouver parmi les ressources universitaires et gouvernementales afin de devenir plus innovantes, plus rentables et plus performantes, nous remplit de motivation et d’enthousiasme. Les jours se suivent, mais ils ne se ressemblent pas!

  • Soutenu par:
  • Canada
  • ACOA
  • Membres du Springboard