Le réseau de liaison industrielle et de commercialisation pour le Canada atlantique

Nouvelles

< Back to News

Combler le déficit d’innovation : une réflexion sur la carte d’innovation de l’UNB

Tags:

Nous savons tous que l’innovation est un facteur clé de la croissance économique, surtout dans une province comme le Nouveau-Brunswick, qui a déjà démontré la valeur d’apporter l’innovation aux secteurs comme les réseaux intelligents et la cybersécurité.

Mais ce que nous ne comprenions pas, jusqu’à maintenant, est ce qui alimente les efforts de recherche et de développement (R-D) de la province. 

En novembre, une initiative a été entreprise en ce sens à l’Université du Nouveau-Brunswick, par l’entremise du Global Advantage Consulting Group. Un rapport a été publié, lequel contient une carte de l’écosystème d’innovation du Nouveau-Brunswick.

La carte visait à déterminer les principaux moteurs de l’économie d’innovation du Nouveau‑Brunswick et la façon dont cette dernière se compare au reste du pays.

Les détails de la carte, qui ont été publiés dans le cadre d’une activité et d’une discussion en groupe à Planet Hatch, indiquent où la R-D a lieu dans la province. Le rapport offre également des recommandations sur la façon dont la collectivité peut collaborer de façon plus efficace au moyen des ressources mises à sa disposition.

 « Notre province connaît actuellement un déficit d’innovation important », explique David MaGee, Ph. D., vice-recteur de la recherche de l’UNB, dans une déclaration de l’Université. « Le pourcentage des investissements gouvernementaux et privés dans la R-D est nettement moins élevé ici par rapport au reste du Canada. »

Selon la carte, 354 millions de dollars ont été placés dans la R-D au Nouveau-Brunswick en 2016. Il s’agit d’environ 1 % des 34,5 milliards investis dans la R-D au Canada.

La carte indique aussi que la part en déclin du Nouveau-Brunswick dans l’économie canadienne est en déclin – soit une diminution d’environ 1 milliard de 2013 à 2017 dans le PIB en dollars constants du Canada.    

Ces chiffres peuvent sembler décourageants, mais l’attitude de l’UNB par rapport aux résultats n’en demeure pas moins optimiste. En établissant une carte qui reconnaît les moteurs d’innovation et les secteurs au sein desquels ces derniers se manifestent dans la province, les établissements universitaires comme l’UNB sont mieux informés et préparés à combler ce déficit d’innovation.

Le rapport indique que les établissements d’études supérieures réalisent 52 % de la R-D au Nouveau-Brunswick. D’après les recommandations, il devrait y avoir une hausse de l’investissement dans la recherche et l’innovation de ces établissements. On suggère aussi une collaboration accrue entre les établissements d’études postsecondaires et le secteur.    

C’est là que Springboard Atlantic entre en compte.

Springboard Atlantic travaille avec ses membres du bureau des services de recherche de l’UNB afin de les appuyer à effectuer de nouvelles transactions ainsi que de nouveaux partenariats et liens en R-D avec le secteur.   

« Springboard est le véhicule d’intégration entre le secteur universitaire et le secteur privé. Son rôle est donc intégral, car il nous aide à aborder le déficit d’innovation », reconnaît M. MaGee dans un courriel.  

« Springboard sert de point d’entrée pour les chercheurs ou les innovateurs qui sont nouveaux dans la région et qui ont besoin de trouver un réseau de recherche. Pour améliorer les choses, nous devons continuer à développer les liens que nous avons tissés et à chercher des occasions de collaborer et de travailler ensemble à être la voix du Canada atlantique à l’échelle nationale. »    

Un plus grand accent sera placé sur l’engagement et la collaboration du secteur alors que Springboard passera à sa prochaine étape au printemps. Les résultats de la carte des atouts en innovation de l’UNB permettent non seulement à l’écosystème du Nouveau-Brunswick, mais aussi aux organisations de tout l’Atlantique de voir plus clairement où et comment nous pouvons mieux appuyer les capacités en R-D de la province.  M. MaGee est d’avis que « Springboard est le lien qui nous lie et nous donne la capacité que nous ne pourrions acquérir individuellement […] L’organisation est intégrale aux progrès de notre recherche appliquée. »